Cambriolage spectaculaire à l’agence Fibank de Lubumbashi

Lubumbashi

Aux dernières nouvelles, deux cambrioleurs retrouvés à Kinshasa et 51.000 dollars récupérés. Le grand banditisme continue à frapper dans les milieux de la profession bancaire de la RDC.

Multipliant des cas de détournement des fonds dans les comptes des sociétés et même de particuliers, braquant des convois de transfert des fonds ou cambriolant les chambres fortes des établissements bancaires, bandits ont constitué de multiples réseaux qui s’appuient sur des complicités internes. Ils recourent aux faussaires patentés pour façonner des chèques portant de faux sceaux et de fausses signatures. Quelques ajusteurs et serruriers spécialisés dans le déverrouillage des coffres-forts et des chambres fortes, ont renforcé les rangs de ces malfaiteurs qui n’hésitent pas à s’assurer aussi la couverture de leurs forfaits par des déserteurs convertis en criminels. Avec une telle machinerie, les banques commerciales sont devenues le terrain de prédilection de la criminalité.

Il n’y a pas longtemps, comme il faudrait le rappeler, une banque avait été attaquée dans la ville de Goma par des inconnus. Montant emporté ? Plus d’un million et demi de dollars. On sait que les voleurs et le butin ont traversé la frontière sans laisser des traces. De l’autre côté, la circulation de personnes suspectes avec un tel pactole en liquide n’a pas fait l’objet d’interpellation de la part de la police, comme il fallait s’y attendre. Malgré les plaintes de la RDC, les mécanismes de vérification conjointe institués par les deux pays voisins n’ont pas fonctionné, au point que cette affaire est demeurée sans suite.

Dans la suite de cette série noire, nous apprenons que dans la nuit du 24 au 25 décembre 2012, la pègre a signé un cambriolage spectaculaire dans une banque. Il s’agit de l’agence Fibank de Lubumbashi visitée aux heures indues de la nuit par des malfaiteurs dont on dit qu’ils seraient venus de Kinshasa. Pendant qu’ils se désaltéraient à leur poste de travail à l’occasion de la fête de Noël, les agents de surveillance de l’agence de la banque ont été neutralisés par les brigands qui ont fait irruption dans les locaux de la banque. Destination ? La chambre forte où les serruriers n’ont pas eu de la peine à déverrouiller le coffre-fort de Fibank. Le sésame contenait près d’un million de dollars qu’ils ont empochés avant de disparaître. Le lendemain, l’alerte a été donnée et les recherches lancées contre ces inconnus.
A Kinshasa, le Bataillon de la police d’investigations criminelles informé de ce cas, a lâché ses limiers dans la ville de Kinshasa où les cambrioleurs seraient venus se réfugier. Cette hypothèse s’est révélée fondée, car des informations recueillies auprès d’un indicateur occasionnel feront état de l’arrivée à Kinshasa, depuis le 28 décembre dernier, des membres d’un réseau de cambriolages des banques et autres sociétés commerciales. Ces suspects dépensaient sans compter, et n’exhibaient que des billets de 100 dollars. Le coup de filet opéré par les limiers du Bataillon de la police d’investigations criminelles s’est révélé payant. Pourtant, les suspects paraissaient innocents. Mais soumis à un interrogatoire séparé, ils ont formé des indications qui confirmaient les soupçons. Cette prise de taille s’est révélée un exploit digne des enquêtes de Sherlock Holmes, le célèbre détective de Scotland Yard.

Daniel Nyange Lulu alias Kas, l’un des deux suspects, est passé aux aveux, reconnaissant avoir participé à ce cambriolage et pris également part au partage du butin. Pour preuve, les policiers ont surpris dans sa chambre à coucher, sur avenue Basakata, commune de Bandalungwa, la somme de 51.000 dollars dont les numéros de billets, correspondaient à ceux des billets volés à Lubumbashi. Tout est devenu clair. L’homme que l’on recherchait, c’était donc lui. L’on sait désormais qu’après le fameux cambriolage de Fibank, Daniel Nyange s’est rendu à Mwene-Ditu. De là, il a emprunté un camion pour Mbuji-Mayi avant d’atteindre Kinshasa.

L’un de es acolytes, est un officier supérieur dont le passé récent rappelle qu’il a été mis à la disposition de ses supérieurs hiérarchiques, pour des cas de trafic de minerais. Des sources crédibles signalent que cet officier avait fait l’objet de poursuites judiciaires dans l’affaire d’une jeep de marque Toyota Prado de provenance délictueuse trouvée en sa possession. Arrêté dernièrement et transféré à la Prison militaire de Ndolo, l’officier supérieur dont le nom n’a pas été communiqué, avait été remis en liberté. Il rejoindra alors Lubumbashi. C’est là que sa bande a perpétré le cambriolage de l’agence Fibank. Aujourd’hui, les responsables de cet établissement bancaire ne savent pas comment réparer les préjudices de ce cambriolage, les autres membres de la bande sont toujours en cavale.

Au moment où nous mettons sous presse, Daniel Nyange et son comparse, l’officier supérieur, sont sous le coup de poursuites judiciaires du chef de vol à main armée de la somme de 843.000 dollars. A en croire une source, Nyange aurait fait partie de la bande qui avait cambriolé les installations de la RTCE, et le couvent de religieux à Limete. Faits que la suite des enquêtes pourra confirmer dans les jours qui viennent.
Affaire à suivre !
J.R.T.

Source: http://direct.cd/2013/01/11/cambriolage-spectaculaire-a-lagence-fibank-de-lubumbashi.html

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s