De l’intérieur comme de l’extérieur : Front renforcé contre la révision constitutionnelle

discours

Le meeting de l’opposition politique annoncé pour ce lundi et le mémorandum qu’une autre frange de la même famille politique compte déposer à l’ambassade des USA à Kinshasa laissent perplexe l’opinion également intéressée par le Sommet afro-américain qui s’ouvre à Washington.

La journée de ce lundi 4 août suscite une particulière attention au sein de l’opinion en République Démocratique du Congo. Certains observateurs craignent le risque de perturbation des activités quotidiennes à travers le pays et surtout dans la ville de Kinshasa.

Trois événements majeurs sont à la base de ce climat malsain. Le meeting populaire annoncé pour ce jour sur la place Sainte Thérèse dans la commune de N’Djili par certains partis de l’opposition politique constitue à cet égard l’élément le plus inquiétant, quand on sait que l’autorité urbaine se montre généralement intolérante face à pareille initiative.

L’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), l’Engagement pour la citoyenneté et le développement (Ecidé) dirigé par le député national Martin Fayulu Madidi et l’Union pour la Nation congolaise (UNC) de Vital Kamhere sans oublier d’autres membres du regroupement des forces politiques et sociales ont invité les Congolaises et Congolais à cette place publique pour leur parler en long et en large de la révision de la Constitution du 28 février 2006, telle qu’envisagée par la Majorité président (MP), famille politique chère au Chef de l’Etat Joseph Kabila Kabange.

Une autre aile de l’opposition politique congolaise dénommée” Front populaire contre la révision constitutionnelle “ projette, quant à elle, de se rendre à l’ambassade des Etats-Unis d’Amérique à Kinshasa. L’objectif est de déposer un mémorandum auprès de l’ambassadeur du pays de l’oncle Sam. Dans ce document, les leaders de cette branche de l’opposition politique expriment leur soutien aux efforts que le Président américain Barack Obama entreprend en vue de la consolidation de la démocratie au Congo Démocratique. Ce mémorandum sera également déposé à la Mission de l’ONU pour la stabilisation au Congo (MONUSCO).

Informé officiellement par écrit de cette descente, le gouverneur de la ville André Kim buta a demandé au Front populaire contre la révision constitutionnelle de constituer une délégation de 5 personnes à cette fin. Des débordements sont tout de même à craindre, étant donné le comportement imprévisible des agents des services de sécurité déployés sur le terrain pour soi-disant encadrer les porteurs du mémorandum. Cette inquiétude reste plutôt maximale en ce qui concerne les foules qui pourraient faire le déplacement de la place Sainte Thérèse à N’Djili pour le meeting populaire.

Quoiqu’il en soit, les démarches amorcées par les deux ailes de l’opposition convergent sur un seul et même, à savoir le respect de la démocratie, avec son corolaire incontournable l’alternance au pouvoir, conformément aux dispositions de la Constitution du 28 février 2006. Sur ce point précis, le monde retiendra que le peuple congolais est farouchement opposé à toute forme de révision tendant à pérenniser un individu, de quelque famille politique qu’il soit au pouvoir. Même les faucons du régime Kabila sont conscients de cette réalité. Ils savent aussi que le peuple a raison.

Russ Feingold a été clair

Dans un entretien à la Voix de l’Amérique, l’émissaire américain pour la région des Grands Lacs est revenu sur” les débats qui agitent la RD Congo dans la perspective des prochaines élections présidentielles “.
Concernant l’éventuelle candidature de Joseph Kabila à l’élection présidentielle de 2016, Russ Feingold a indiqué “Il n’y a pas de débat. La Constitution est claire le président ne peut faire que deux mandats. Cela doit être respecté. La Constitution ne doit pas être changée par quiconque… Je pense que c’est une mauvaise pratique. C’est important que les élections locales, provinciales et présidentielle soient achevées d’ici 2016 dans le respect de la Constitution.”

Au cours de son séjour dans la ville de Kinshasa où il a rencontré Joseph Kabila en mai dernier, le secrétaire d’Etat américain, John Kerry, a affirmé que Joseph Kabila devait respecter la Constitution et ne pas briguer un nouveau mandat en 2016.

En dehors des frontières de la RD Congo, le Sommet afro-américain s’ouvre aujourd’hui à Washington. Cette rencontre portera, entre autres, sur le renforcement de la démocratie et de l’investissement des entreprises en Afrique. Selon toute vraisemblance, elle pourrait être une occasion d’aborder de fond en comble la question des élections en RDC, en mettant un accent particulier sur la position de Joseph Kabila et sa famille politique à réviser les dispositions verrouillées de la loi fondamentale. L’attention des Congolais reste focalisée sur les résultats de ce sommet. Des politiciens et des acteurs de la société sont associés à cette rencontre en faisant le déplacement de Washington où ils ne manqueront pas de mieux informer sur divers milieux sur la situation réelle des Congolais déterminés à aspirer au mieux être comme les peuples d’autres nations.
ASIYESHINDWA

source:www.7sur7.cd

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s