RDC Généalogie Kabila : le droit de réponse du chef de la Maison civile du président de la RDC

016082014121459000000001082014085646000000arbrekabilabis

Théodore MUGALU est le chef de la Maison Civile du Président Kabila.

Nous avons lu, sur votre site Jeuneafrique.com, l’article “RDC – Généalogie : dans la famille Kabila, je demande… les enfants du Mzee”, paru le 1/8/2014 et signé de votre collaborateur Trésor KIBANGULA, qui reconnaît lui-même son incapacité à discerner le vrai du faux dans son propre texte.

Aussi nous sentons-nous le devoir de faire le point sur les nombreuses erreurs diffamatoires relevées dans cet article.

Primo : La confusion entretenue entre ce diagramme familial et l’expression “arbre généalogique” utilisée relève d’une contrefaçon puérile. Il n’y apparaît qu’une falsification d’arbre généalogique, selon les principes élémentaires du cours de sociologie dispensé au seuil des études secondaires en République Démocratique du Congo.

Secundo : L’auteur de l’article nous parle des avis “lâchés” par un “employé de la Maison Civile, en charge des biens privés du Chef de l’État congolais (…)”

  • Cette fonction n’existe pas à la Maison Civile du chef de l’État créée par décret présidentiel n°005/2003 du 31 janvier 2003.
  • Ce poste n’existe pas non plus dans l’organigramme actuel de la Maison Civile du Chef de l’État.
  • Quel est donc cet employé occupant un poste inexistant dans l’organigramme de la Maison Civile du Chef de l’État congolais ?

Tertio : Concernant la recherche en paternité, les témoignages sont stériles lorsqu’ils ne reflètent pas la loi, et céleste et terrestre, en vigueur :

  • La Bible dit en Esaïe 8 : 20 “À la loi et au témoignage ! Si l’on ne parle pas ainsi, il n’y aura point d’aurore pour le peuple.”
  • La loi 87-010 du 01.08.1987  tel  que modifiée et complétée à ce jour, portant sur le nouveau code de la famille congolais, en son article 630, révèle que la recherche en paternité est exercée uniquement devant le tribunal compétent, qui décide si l’enfant a pour père celui que cet enfant réclame. C’est-à-dire que la paternité est établie sur base d’un JUGEMENT RENDU PAR UN TRIBUNAL COMPÉTENT et non pas par les individus, les médias, les partis politiques et où sait-on encore !
  • Et à ce que nous sachions le Président Joseph Kabila, n’est ni ascendant ni chef de la lignée familiale de Mzee Laurent Désiré Kabila, pour recevoir les plaintes d’un quidam.
  • L’article 614 du même code de la famille renchérit en ces termes : “Tout enfant né hors mariage doit faire l’objet d’une affiliation dans les 12 mois qui suivent sa naissance (…)” Et non après plusieurs décennies.
  • En son article 222 relatif à la tutelle : “Tout mineur non émancipé n’ayant ni père ou mère pouvant exercer sur lui l’autorité parentale est pourvu d’un tuteur qui le représente.” Et pourtant, aucun tuteur ne s’est jamais manifesté ni auprès du tribunal coutumier d’Ankoro, ni auprès de Mzee Laurent Désiré Kabila durant ses 35 ans de maquis, ni pendant les 3 ans et 8 mois de ses fonctions présidentielles à Kinshasa, ni auprès d’aucune autre instance compétente.
  • Nul ne peut se prévaloir spontanément de la qualité de tuteur ou liquidateur, en dehors d’un jugement régulièrement rendu par un Tribunal compétent.

Quarto : De quel héritage légué par Mzee Laurent Désiré Kabila veut-on parler ? Héritage matériel ou monarchique ? Pour quel héritier, de quel testateur et pour quel testament ?

  • Dès son adolescence (19 ans), Mzee Laurent Désiré Kabila a consacré sa vie à faire triompher la vision patriotique et démocratique des pères de l’indépendance, au travers de 35 ans de sacrifice et de persévérance dans le maquis, avant d’arracher la victoire sur la dictature le 17 mai 1997.
  • Pendant ses 3 ans et 8 mois de pouvoir d’État, Mzee Laurent Désiré Kabila, offrant tout à son peuple, s’est sublimé jusqu’au sacrifice suprême.
  • La République Démocratique du Congo n’est pas une monarchie ; c’est une république et une démocratie.

Quinto : Le fondement de cet article est un soi-disant “Arbre généalogique”, en réalité un montage artificiel et fantaisiste. Et partant d’un faux arbre généalogique, le raisonnement ne peut être que faux.

Au demeurant, l’attitude de contrefacteur médiatique est aussi condamnée par notre Père Céleste que nous citons en :

  • Actes 23 : 5, qui dit : “(…) Tu ne parleras pas mal du chef de ton peuple”.
  • Exode 22 : 28, qui dit : “Tu ne maudiras point Dieu, et tu ne maudiras point le prince de ton peuple”
  • Proverbes 17 :15,qui dit : “Celui qui absout le coupable et celui qui  condamne le juste sont tous deux en abomination à  l’Éternel”
source:www.jeuneafrique.com

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s