Goma : L’UNC invite la population à boycotter la révision constitutionnelle

Goma protest
Le parti de l’opposition, Union pour la nation congolaise (UNC) appelle la population de Goma (Nord-Kivu) à boycotter la révision constitutionnelle. Au cours d’une conférence animée dimanche 7 septembre dans la capitale provinciale du Nord-Kivu, ce parti a jugé « inopportun » de réviser cette loi fondamentale du pays. Selon le parti de Vital Kamerhe, la révision de la constitution de la RDC sera « un recul de la démocratie ».

Le député UNC élu du territoire de Walikale, Juvénal Munubo Mubi, estime qu’au lieu de réviser la constitution, il faudrait plutôt consolider les acquis de la démocratie et appliquer les lois qui rencontrent les besoins prioritaires de la population.
“Nous venons de loin et nous pensons que ce qui est important pour le moment, c’est l’application de la constitution et des lois organiques et ordinaires qui ont été promulg.ues pour rencontrer les besoins prioritaires de la population dont la sécurité. Prenons le cas du Nord-Kivu, dans le territoire de Walikale. On doit mettre fin définitivement à la question FDLR et celle des groupes armés locaux », a indiqué Juvénal Munubo.
Pour ce député de l’opposition, il est également nécessaire d’organiser un dialogue politique transparent conformément à la résolution 2098 du Conseil de sécurité de l’Onu pour « passer en revue les problèmes du pays et décrisper le climat politique tendu, après la présidentielle de novembre 2011 ».
« Nous pensons que nos partenaires du pouvoir reviendrons au meilleur sentiment et qu’il y aurait lieu d’assurer un processus électoral apaisé. Dans le cas contraire, nous serions obligés de recourir à l’article 64 de la constitution qui donne comme devoir à tout congolais de faire échec à toute personne qui prend le pouvoir par la force ou qui veut l’exercer en violation de la constitution”, a poursuivi le député de l’UNC. Plus d’une centaine de personnes dont des acteurs de la société civile, des leaders politiques ainsi que des responsables des associations avaient pris à cette conférence politique.
Depuis plusieurs mois, le débat sur une éventuelle révision de la constitution anime la classe politique congolaise. Les opposants soupçonnent le président Kabila dé vouloir modifier la constitution pour rester au pouvoir après son deuxième et dernier mandat. La constitution interdit actuellement au chef de l’Etat de briguer plus de deux mandats. Pour rappel, le gouvernement avait adopté, le 10 juin 2014, quatre projets de loi dont celui relatif à la révision de certains articles de la constitution. Mais l’on ne connaît pas encore les articles de la constitution qui sont concernés. Les autres textes portent sur le processus électoral.
LRP

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s