Le début de la fin du règne de Kagame en 10 points

Kagame_2012-704x400

Isolé diplomatiquement et pressé de toutes parts, Kagame sent sa mort politique prochaine. Ainsi, dans un baroud d’honneur désespéré, il tente de sauver encore ce qui peut l’être en déployant ses dernières forces sur les terrains militaires, politiques, diplomatiques. En dix points, DESC tente de décrypter les signes annonciateurs de la déchéance de celui que d’aucuns pensent qu’il a fait du Rwanda le “Singapour” des Grands-Lacs.

1°) Le rapport Mapping 2010: Alerte rouge envers Paul Kagame et son régime?

Ainsi titrait le journal Le Potentiel du 27 aout 2010 en rapport avec le projet de rapport rendu public en septembre 2010 par le Haut Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme (HCDH). Selon ce document, le régime de Kigali pourrait répondre devant la justice internationale des actes commis par ses troupes en RDC entre 1996 et 2003. Actes que l’ONU assimile aux crimes de guerre, crimes contre l’humanité et au génocide. Ce rapport a l’avantage de changer la donne dans la région des Grands Lacs, dominée pendant longtemps par le spectre de la victimisation des Tutsi par leurs frères Hutu. Le HCDH ne bronche pas sur les faits. Sans détours, il conclut qu’il y a bel et bien génocide sur les Tutsi autant il y en a eu sur les Hutu. Et le quotidien de conclure : « Il s’ensuit que le règne des hommes forts dans les Grands Lacs touche à sa fin et que l’on ne devrait plus se leurrer sur l’aboutissement du processus démocratique, de la promotion des droits de l’homme et de l’instauration de l’Etat de droit. Le glas a sonné pour l’état de grâce jusque-là reconnu à Paul Kagame mais également à tous les faiseurs de guerres et auteurs ou co-auteurs de divers crimes décrits dans le rapport coupe-gorge du HCDH ».

2°) Les élections présidentielles staliniennes de 2010 et l’indignation unanime de la communauté internationale : Fin de l’état de grâce du régime de Kigali

Si jusqu’en 2010, la communauté internationale occidentale s’est généralement montrée connivente envers le régime rwandais, le processus électoral qui a conduit à son maintien au pouvoir dans un pays sociopolitiquement fortement ethnisé et bipolarisé entre les Tutsi (15)  et les Hutu (84%) a été sans doute un mandat de trop pour l’enfant terrible des Grands Lacs. Réélu avec 93% des voix le 9 août, après avoir forcé ses opposants à la politique de la chaise vide pour les non concourants (Faustin Bizimungu)  et de la chaise vidée par la force par les arrestations pour les plus téméraires d’entre eux (Victoire Ingabire),  Paul Kagame ne s’est sans doute pas rendu compte qu’il creusait sa propre tombe politique par la vague d’indignations qui s’en est suivie. A ce propos, l’analyste politique rwandais J.C. Ngabonziza écrivait : « Sur le plan diplomatique, les cas de violence et les arrestations survenus [en rapport avec des élections] ont suscité de vives préoccupations à Londres, à Washington tout comme à Ottawa ».

Cela s’est confirmé à travers les communiqués officiels émis avant et après ces élections. On peut dès lors se permettre d’avancer que les élections de 2010 marquent la fin de la période de grâce jusqu’alors concédée au Rwanda, en raison de son passé tragique. Sur la scène internationale, ce pays sera de plus en plus évalué en fonction de la gestion de ses problèmes internes. En revanche, la Communauté internationale lui manifestera de moins en moins de complaisance à l’alibi de l’évocation du génocide des Tutsi de 1994, qui poussait jusqu’alors ses principaux partenaires à brandir la fibre émotionnelle de la compassion pour le soutenir quasi aveuglement. A l’heure du règne des nouvelles technologies de communication, le Rwanda reste plus que jamais sous surveillance. Dans cette optique, la position de l’administration OBAMA est suffisamment assez évocatrice. A la suite de la dernière élection présidentielle rwandaise, le communiqué de la Maison Blanche a été sans équivoque : « la démocratie est plus que la tenue des élections qu’elle reflète la volonté du peuple, où les voix minoritaires sont écoutées et respectées, où les candidats de l’opposition participent à la course électorale, sans menace ou intimidation, où la liberté d’expression et de la presse est protégée ».

3°) Kagame vivement contesté par ses ex-lieutenants

Un signe de fissure du régime rwandais qui jusque là se montrait homogène est la nouvelle dissidence créée par des anciens cadres du FPR,  qui ont accompagné Kagame dans les victoires de toutes les guerres menées dans les Grands-Lacs depuis 1990. Le Général Faustin Kayumba Nyamwasa et  Colonel Patrick Karegeya, co-fondateurs du FPR et anciens colistiers de KAGAME, ont décidé de faire tomber le régime à partir de l’étranger, notamment en Afrique du Sud, parrain de toutes les récentes guerres régionales, où ils ont élu domiciles. Ces deux ex-dignitaires de l’establishment rwandais sont accusés par le gouvernement rwandais d’avoir commandité des attentats à la grenade ayant causé deux morts et une vingtaine de blessés à Kigali du 20 février au 11 août 2010, jour de la réélection de Paul Kagame à la présidence de la république, est un autre signe (indien ?) qui ne trompe pas sur la fragilité du régime.

4°) 3ème Guerre du Congo – Soutien maladroit et de trop au M23 en appliquant la même recette que sous AFDL, RCD et CNDP : victoire militaire mais défaite stratégique

Un autre indice qui dénote de l’essoufflement et de l’usure de l’influence de Kagame dans la région, engendrant une remise en question de plus en plus croissante et l’isolement diplomatique dont il fait l’objet de la part de la Communauté internationale est son entêtement à vouloir maintenir son modus operandi militaire au Congo de la guerre de basse intensité en y entretenant des milices en vue d’assurer sa main mise sur l’exploitation illicite des riches ressources naturelles congolaises. Kagame n’a pas su lire les signes du temps qu’une victoire militaire, fut-elle un succès tactique peut se transformer en une défaite stratégique en termes de dividendes politiques, diplomatiques finaux à en tirer. Autres temps autres stratégies et la chute de Goma en novembre 2012, humiliant à la fois toute la nation congolaise et mettant à genoux la Monusco en mettant en lumière l’échec de la plus importante mission de l’ONU dans le monde, a été le point de rupture. Depuis, sur le plan diplomatique, politique et militaire, le régime de Kigali subit des revers et de vives critiques. Les alliés anglosaxons commencent peu à peu à prendre leurs distances vis-à-vis du « Prince » des Grands Lacs, à l’instar de Mobutu, Mubarak et Kadhafi, autres fois alliés stratégiques des occidentaux qui en ont eu chacun pour son compte. Pour rappel, la stratégie de Kagame  consiste à instrumentaliser insidieusement la crise congolaise en voulant y maintenir une guerre par procuration via des fallacieuses revendications communautaires des minorités Tutsi. Elle s’articule autour des motivations latentes qui sont à la fois d’ordre ethno-géopolitique, foncière, démographique, économique et sécuritaire ; à savoir :

– La nécessité pour Kagame d’assurer la survie et l’hégémonie de l’ethnie tutsie dans l’Afrique Centrale (depuis l’Océan Indien jusqu’à l’Atlantique). Un projet qui ne compte pas se limiter à la RDC, mais dont certaines sources crédibles nous affirment vouloir s’étendre même jusqu’au Congo-Brazzaville et en Angola.

– La gestion du surplus démographique au Rwanda ainsi que l’équation foncière qui en découle, qui voit en RDC un espace idéal de caser ses populations en créant des zones de conflit aux fins de déplacer les populations autochtones congolaises pour les remplacer progressivement par des nouveaux arrivants rwandophones.

– L’importance pour le Rwanda de disposer d’un vivier financier, économique et minier afin de répondre aux impératifs socio-économiques de son développement.

– La nécessité de mettre place au départ du Congo une zone tampon occupée par les rwandophones Tutsi, devant servir de bouclier de sécurité des Tutsi au Rwanda. Ainsi, le régime de Kigali ne tolérera jamais un dialogue politique et démocratique inter-rwandais avec les FDLR en vue de leur rapatriement au pays des mille collines et la mise en place d’un système électoral, politique et démocratique similaire à celui appliqué en Afrique du Sud de l’après Apartheid ou en Belgique, un pays souvent confronté à des tensions politiques bicommunautaires. (Les Armées au Congo-Kinshasa…)

5°) Même les plus fidèles amis de Kagame ont commencé à le défier chez lui lorsqu’ils ont senti le vent commencer à tourner

« Construire une nouvelle nation : les progrès et le potentiel du Rwanda ». Tel est le titre de l’allocution prononcée à Kigali le 23 novembre 2011, par la représentante permanente des États-Unis aux Nations unies, l’ambassadrice Susan E. Rice, connue pour avoir été utilisée par Kagame pour défendre les intérêts rwandais auprès de l’administration américaine et les Nations Unies. Elle n’y est pas allée avec le dos de la cuillère en tenant un discours très ferme envers le régime de Kigali dont je retiens ces phrases : « Je pense aussi que les amis peuvent se parler franchement. La vitalité économique du Rwanda a fait avancer le pays. Les progrès sociaux sont sensibles. Mais la culture politique du pays reste relativement fermée. Les restrictions sur la presse perdurent. Les activistes de la société civile, les journalistes et les opposants politiques du gouvernement craignent souvent de s’organiser paisiblement et de s’exprimer. Certains ont été harcelés. D’autres ont été intimidés par des visiteurs nocturnes. Et quelques-uns ont tout simplement disparu. (. . .) L’approfondissement et l’élargissement de la démocratie peuvent être les prochains accomplissements de ce grand pays et des ses remarquables citoyens. »

6°) Condamnations et sanctions tous azimuts contre Kigali dans son soutien au M23 : Fin de la lune de miel entre Kagame et ses parrains

Je me limite à relever l’attitude manifestée ces derniers temps par le Royaume-Uni et les Etats-Unis vis-à-vis de Kigali,est un signe qui montre que les britanniques et les américains éprouvent de plus en plus un malaise apparent dans leurs rapports avec Kagame. Ils condamnent, enfin, ouvertement l’implication du Rwanda dans l’agression du Congo. Ils exigent que Kigali fasse davantage preuve de plus d’ouverture politique, de démocratie et de gestion politique du pays conformément aux principes d’un Etat de droit. Mais ce message n’a visiblement pasété bien décodé par l’homme fort de Kigali qui, outre sa gestion du Rwanda des mains de fer, s’est entêté de poursuivre une politique pyromane délibérée de la déstabilisation de son grand voisin, le Congo. Et le retour de la manivelle du côté américain ne s’est pas fait attendre. Non seulement le Rwanda a vu l’aide militaire, quoi que symbolique, qu’il bénéficiait de son grand protecteur être gelée. Mais aussi, les Etats-Unis ont ouvertement menacé de traduire Kagame devant la justice pénale s’il persistait à soutenir le mouvement M23. Selon le quotidien britannique The Guardian, les Etats-Unis ont averti les dirigeants rwandais que la Cour pénale internationale (CPI) pourrait ouvrir un procès contre le président Paul KAGAME et son entourage pour leur soutien aux rebelles accusés de crimes contre l’humanité en République démocratique du Congo (RDC). « Il existe une limite dans le droit international. Si vous la franchissez, vous risquez d’être traduit en justice pour le soutien apporté à un groupe, soutien qui permet à ce groupe de commettre des crimes », a indiqué The Guardian, citant Stephen Rapp, ambassadeur itinérant chargé des crimes de guerres au Département d’Etat américain. Signe de l’évidence que l’ère du golden boy des américains est en train de se conjuguer progressivement au passé. D’autant que les Etats-Unis ne sont pas les seuls pays occidentaux à imposer des sanctions au régime de Kigali, d’autres pays européens leur ont emboîté le pas. En conséquence, les pressions diplomatiques et les contraintes financières actuelles convergentes exercée sur Kagame l’isolent de plus en plus et pourrait le pousser vers la porte de sortie. Pour moins que cela, d’autres dictateurs africains l’ont appris à leurs dépens.

Ainsi, pour son soutien au M23 et le lever de boucliers qui s’en est suivi, un commentateur rwandais écrit ceci : «Pour la première fois de sa vie, je crois que mon président a vraiment et sérieusement trembloté. Il a dit (je cite de mémoire) : « ce n’est pas tant la somme bloquée (NDLR : 200.000$ US) qui inquiète : elle est insignifiante. C’est l’image même du Rwanda et de son armée qui est ainsi sali». Là où il avait l’habitude de minimiser les critiques qu’on porte sur ses turpitudes, il semble maintenant prendre conscience de ses limites. (. . .) Certes le lion n’a pas encore perdu ses dents, mais la raison l’a déjà quitté et il vient de perdre quelques griffes.»

7°) La reddition surprise de Ntaganda

Craignant pour sa mort et se sentant acculé par la communauté internationale sous l’impulsion du Ministre belge des Affaires Etrangères, Didier Reynders, qui durant son séjour à Kinshasa en mars 2012 a intimé à Kabila d’ordonner son arrestation contre le soutien de la Belgique à la reconnaissance de sa réélection décriée par tous ? a été ressenti à Kigali comme un coup de massue qui est venu s’ajouter à la longue liste des déboires rencontrés par Kagame ces derniers temps. Très fâché, Kagame a promis que des têtes allaient tomber et le premier à payer le pris fut le chef d’état major des RDF, le général Kanyonga. Un remaniement-surprise au sein de l’armée et une mort suspecte d’un général dans la foulée couplés avec la réapparition de Kayumba et Karegeya très menaçants et déterminés à faire tomber Kagame sont tout autant d’autres signes des temps de la fin du régime au Rwanda. Le futur procès très attendu du « Terminator » laissera  sans doute tomber sans des plumes des dictateurs de la région qui l’ont considéré comme un acteur majeur de la paix. Sauf si la CPI se comporte une fois de plus comme une Cour Politique Internationale assurant la justice des puissants (parrains du  Rwanda) en se limitant en un service ultra light et minimal.

8°) L’Accord-cadre et la résolution 2098

Qu’on l’aime ou pas, l’Accord-cadre, recommande aux pays de la région, notamment le Rwanda à Ne Pas s’ingérer dans les affaires intérieures des Etats voisins; Ne Pas tolérer, ni fournir une assistance ou un soutien quelconque à des groupes armés,Respecter la souveraineté et l’intégrité territoriale des Etats voisins; Respecter les préoccupations et intérêts légitimes des Etats voisins, en particulier au sujet des questions de sécurité. Des exigences qui visent directement le Rwanda, même s’il n’est pas nommé. Un changement de paradigme et une  première dans l’approche de la résolution de la crise régionale.

Quant à la résolution de l’ONU 2098 créant la brigade d’intervention de la Monusco, quoique laborieuse dans son opérationnalisation, l’effet dissuasif qu’elle suscite est venu contrecarrer les agendas cachés du Rwanda via le M23 qui ne cesse de multiplier des plaidoyers sur le plan international pour dissuader la brigade d’agir.

9°) Kikwete qui sonne la fin de la récréation rwandaise au Congo

Le glissement progressif du centre de gravité géopolitique régional vers Dar-es-Salam et l’émergence du leadership du président tanzanien Jakaya Kikwete, promettant dans la foulée de frapper Kagame comme un gamin, viennent renforcer la thèse que les Etats-Unis, faiseurs de roi dans les Grands-Lacs, jettent désormais leur dévolu sur celui qui se profile pour incarner le leadership africain de type nouveau selon Obama, axé sur la performance socioéconomique et la promotion de la dignité humaine profitables aux populations africaines.

10°) Le réveil patriotique de la nation congolaise et de son armée?

Les revers subis ces derniers temps par le M23, malgré les renforts rwandais, le soutien total des populations congolaises aux troupes loyalistes, les FARDC  ainsi que la pression exercée sur les dirigeants congolais, autrefois connivents avec leurs maîtres de Kigali viennent renforcent le constat de l’inversion du rapport de forces en faveur du Congo. Des Congolais qui pensent qu’ils seront en paix lorsque tous les acteurs à la base des guerres qui ravagent la région s’en iront, à commencer par Kagame puis les autres. La région ne peut être pacifiée qu’avec des leaders renouvelés.

 

« La « nouvelle Afrique » des « nouveaux leaders » se dessine probablement autour des nouveaux pôles de croissance, et aura inévitablement une composante militaire. Cependant, aussi longtemps qu’un nouveau leadership ne réussira pas àmobiliser et à encadrer la nouvelle élite politique qui a pu se hisser jusque dans l’antichambre du pouvoir au Congo, la « nouvelle Afrique » risque étrangement de ressembler à l’ancienne. Au moins dans l’espace congolais. » (Kennes, Eric, Mars 1998).

source:http://www.ingeta.com/fin-du-regne-de-kagame/

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s