RDC: la marche de l’opposition contre la loi électorale dispersée à Goma

Police in Goma

La police nationale a dispersé, lundi 19 janvier, à Goma, dans le chef-lieu du Nord-Kivu, une marche de l’opposition contre la loi électorale, modifiée et adoptée, le week-end dernier à l’Assemblée nationale. L’examen de ce texte devrait commencer le même jour au Sénat à Kinshasa.

La police lourdement déployée tôt le matin sur les principales artères et les points névralgiques de la ville de Goma a interpellé des manifestants. Les activités étaient pratiquement à l’arrêt sur les grandes artères où une tension était perceptible entre manifestants et forces de l’ordre qui se sont affrontés.
Selon des témoins, les policiers ont fait recours aux gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants qui, de leur côté, leur lançaient des projectiles, faisant quelques blessés.

Lire aussi: Bukavu: marche de l’opposition contre le nouveau projet de loi électorale

Quelques manifestants ont été blessés et certains leaders de l’opposition interpellés dont Rubens Mikindo, président fédéral de l’UDPS au Nord-Kivu et Christian Badose, porte-parole provincial de l’Ecide, deux partis de l’opposition.

Deux policiers de la Monusco ont été blessés à la tête et à l’épaule par les manifestants en colère. Leur état n’est pas critique, selon le médecin qui les soigne. Le véhicule à bord duquel ils roulaient a en revanche été fortement endommagé.
Les membres de la coalition de l’opposition qui avaient appelé leurs militants à manifester ce matin estiment que l’interdiction de cette marche par le maire de la ville de Goma, pour des raisons de sécurité, n’a pas de fondement juridique.
Les manifestants de la commune de Birere et du quartier Mapendo se disent déterminés à marcher jusqu’à obtenir la suspension de l’examen de la loi électorale.
L’article 8 de ce texte dispose désormais que la liste électorale soit actualisée en tenant compte de l’évolution des données démographiques et de l’identification de la population. Selon des députés de la Majorité qui ont voté pour ce texte, le recensement permettra à la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) de disposer d’un fichier central de la population et d’évoluer sur des bases saines.
Les opposants estiment par contre que faire du recensement un préalable aux prochaines élections retarderait celles-ci et risque de conduire, de fait, à la prolongation du mandat du président Kabila au-delà de 2016.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s