Congolese Teen Rachel Mwanza Wins Best Actress Award At Berlinale International Film Festival

The 62nd Berlinale International Film Festival awards ceremony occurred Saturday (Feb. 18th) and one delightful surprise that took place was Congolese native and newcomer Rachel Mwanza’s “Best Actress” win for her role in the dramatic film War Witch (aka Rebelle).
The 15 year old plays a young girl who is kidnapped from her village and becomes a child soldier.  The Canadian production, directed by Kim Nguyen, was completely filmed in the Congo although the story takes place in an unnamed nation. Continue reading Congolese Teen Rachel Mwanza Wins Best Actress Award At Berlinale International Film Festival

Advertisements

DRC poll results lack credibility, says Carter Center

US-based NGO The Carter Center expressed scepticism Friday about the results of the Democratic Republic of Congo November legislative polls that gave the ruling party and its allies an absolute majority, saying the polls had been “compromised.”
By News Wires (text)

AFP – The results of DR Congo’s November legislative polls that gave the ruling party and its allies an absolute majority lack credibility, the Carter Center’s election observers said Friday.

“The Carter Center finds that as with the (November 28) presidential election in the Democratic Republic of the Congo (DRC), the integrity of the national assembly results has been compromised,” a statement said. Continue reading DRC poll results lack credibility, says Carter Center

RDC : la polémique continue

Le double scrutin de novembre a été marqué par de nombreuses irréguralités selon les observateurs internationaux.

En République démocratique du Congo, les suites des élections de novembre 2011 alimentent depuis plusieurs jours des échanges de plus en plus vifs entre les autorités et les diplomates étrangers. Entre la répression des manifestations et les querelles sur qui a payé quelle dépense électorale, c’est l’agacement qui semble dominer le climat diplomatique à Kinshasa.

Le journal le Potentiel a résumé la situation à sa Une jeudi : “RDC et ses partenaires : de polémique en polémique”. Sous ce gros titre, une caricature représente le porte-parole du gouvernement Lambert Mende visé par de multiples flèches tirées aussi bien par l’opposition que par ses principaux interlocuteurs internationaux, comme l’Union européenne ou la mission onusienne de maintien de la paix Monusco.

Les passes d’armes entre M. Mende et les diplomates étrangers se sont multipliées depuis l’interdiction de la marche pacifique organisée le 16 février par l’Eglise catholique de Kinshasa pour protester contre les résultats des élections.

Joute verbale avec l’ambassadeur de France sur la liberté de manifester, déclarations critiques de l’Europe et des Nations unies, puis nouveaux échanges houleux jusqu’à la fin de cette semaine sur la participation des bailleurs de fonds internationaux au financement des élections.

Depuis le discours d’investiture du président Jospeh Kabila le 20 décembre, selon lequel le pays avait lui-même financé 95% des élections présidentielle et législatives, le gouvernement reprend en effet régulièrement cet argument.

En réponse à la question d’un journaliste mardi dernier, M. Mende a affirmé que le gouvernement avait financé seul le scrutin. Réplique du porte-parole de la Monusco le lendemain : Madnodje Mounoubai publie les estimations provisoires des Nations unies : « Le gouvernement congolais a financé pour 69 % le processus électoral, les bailleurs de fonds ont financé pour 16 % et la Monusco a financé pour 15 % . Le total que nous avons aujourd’hui fait part environ de 260 millions de dollars qui ont été dépensés pour le processus électoral. »

Ce sera ensuite à l’Union européenne de rappeler qu’elle a à elle seule déjà donné plus de 50 millions de dollars au Programme des Nations unies pour le développement afin de soutenir non seulement les élections de novembre, en payant par exemple tous les agents électoraux et même les policiers chargés de sécuriser les bureaux de vote, mais aussi des actions de long terme pour améliorer l’administration électorale congolaise.

Autant dire que lorsqu’on les interroge sur le conditionnement par le gouvernement de la tenue des élections provinciales et locales cette année à de nouvelles aides internationales, les diplomates en poste à Kinshasa font très vite preuve d’un certain agacement.

Source: http://www.bbc.co.uk/afrique/region/2012/02/120223_drc-diplo.shtml

Kinshasa : le quartier Sangamamba privé d’eau potable depuis une année

L’eau ne coule plus de robinets au quartier Sanga-Mamba dans la commune de Ngaliema (Kinshasa) depuis plus d’une année. Les habitants de ce coin sont obligés de parcourir de longues distances pour  s’approvisionner en eau potable des jours comme des nuits.
Femmes, jeunes et vieux se rangent en une longue file d’attente autour d’une source de fortune à l’église Parole de vie. Ils se bousculent pour  s’approvisionner en cette denrée précieuse.
Le secrétaire de la paroisse catholique «Martyrs de l’Ouganda», Joseph Kombe, plaide pour une solution d’urgence, affirmant que l’eau des sources qu’utilise la population de Sangamamba est impropre.
En réaction, le directeur provincial de la regideso, Gervain Ntariba, reconnaît cette situation, mais dit ne pas être en mesure de trouver une solution immédiate.
Selon lui, les matériels de la Ragideso ont été emportés par les érosions. Ce qui les empêche de travailler.
«La route qui relie Sangamamba à UPN a été coupée par une érosion d’une portée de 40 mètres environ, emportant toutes les canalisations qui ne nous permet pas de relier le réseau de Sangamamba à partir de l’UPN », a-t-il expliqué.
Germain Ntariba appelle la population à la patience car les travaux de réhabilitation de lutte contre l’érosion sont suspendus sans sonner des raisons précises.

 

Source: http://radiookapi.net/actualite/2012/02/24/kinshasa-le-quartier-sangamamba-prive-deau-potable-depuis-une-annee/

Geopolitics Impact Cobalt, PwC Study Shows

Manufacturers around the world are expected to face chronic shortages of 14 critical raw materials over the next five years, according to a study by PricewaterhouseCoopers LLP. The report, published on December 7, catalogues a group of 14 materials including  cobalt, graphite, indium, magnesium, platinum group elements, rare earths, tantalum and tungsten as being at risk of increased supply shortages.
The PricewaterhouseCoopers report titled “Minerals and metals scarcity in manufacturing: A ‘ticking time-bomb‘”, Malcolm Preston, Global Head of Sustainability Services, said: “Put simply, many businesses now recognize that we are living beyond the planet’s means. New business models will be fundamental to the ability to respond appropriately to the risks and opportunities posed by the scarcity of minerals and metals.”

The report’s main author, Hans Schoolderman of PricewaterhouseCoopers Netherlands, added: “The world’s growing population, an increase in GDP levels and changing lifestyles are causing consumption levels to rise globally – creating a higher and higher demand for resources. Governments and companies should all be aware of the scope, importance and urgency of the scarcity of both renewable and non-renewable natural resources: energy, water, land and minerals.”
Cobalt, a material used in industrial manufacturing for jet turbines and automotive rechargeable batteries and iPhones, is  usually produced as a by-product of other metals, typically nickel or copper. About two thirds of the world’s cobalt is mined in Africa, primarily in the Democratic Republic of Congo (DRC), however, nearly half of the world’s cobalt is refined in China with Chinese companies investing to secure cobalt supply from Africa.

Read more: http://cobaltinvestingnews.com/1361-pricewaterhousecoopers-cobalt-geopolitics-china/

%d bloggers like this: