Boshab comment les opposants l’ont démoli à washington sommet usa-afrique; (Mike Mukebayi envoyé spécial à Washington)

boshab

Le débat sur la révision de la Constitution s’est déplacé à Washington. Et là-bas comme ici, Evariste Boshab a été laminé par les opposants avec à leur tête Vital Kamerhe.

Son raisonnement spécieux pour la modification de la constitution a été tourné en dérision par les Kamerhe, Fayulu, Badibanga et Lwakabwanga. Les propos de Boshab cachent mal un culte de la personnalité. Le face à face entre pro-révision et anti-révision a été organisé le 4 août par NED (National Endowment For Democracy), une Ong américaine, en marge du sommet USA-Afrique. Du coté de l’Opposition, il y avait Vital Kamerhe, Martin Fayulu, Medard Lwakabwanga, Samy Badibanga, Clément Kanku, Thomas Luhaka. Pour la Majorité, Evariste Boshab, Lambert Memde et Ramazani Shadary.
Au nom de la Majorité, Boshab a soutenu le bien-fondé de la révision. Ses arguments les mêmes on été balayé d’un revers de la main par les opposants. Selon Boshab, la Constitution actuelle est le fruit de la bélligérance des années 2000. Faux ont retorqué les opposants en démontrant que la constitution actuelle est la résultante du referendum de 2005. Autre argument spécieux de Boshab, il faut une constitution pour permettre à la RDC d’atteindre l’Emergence. Les opposants ont fait voir à la Majorité l’absurdité d’un tel argument en posant une question toute simple : quelles sont les dispositions constitutionnelles qui font obstacle à l’Emergence. En fait derrière les arguments de Boshab, il n’y a rien de noble ont soutenu les opposants. Il n’y a que la volonté de pérenniser Joseph Kabila au pouvoir ont-ils indiqué. Choqué par les thèses d’Evariste Boshab pour réviser la constitution, un activiste de droits de l’homme présent dans la salle a pris à partie le secrétaire général du Pprd. Il l’a poursuivi dans les couloirs et lui a dit qu’il ne faisait pas honneur à la science et que s’il était son professeur, il lui aurait retiré le diplôme.
Boshab a dévalorisé le corps professoral en voulant défendre l’indéfendable, à savoir donner des arguments juridiques pour modifier la Constitution au seul bénéfice d’un individu. En affirmant que la Majorité n’allait pas se saborder pour l’alternance, Boshab s’est une nouvelle fois trahie. Car l’alternance n’est pas seulement une question de l’opposition, elle concerne aussi la Majorité. Personne ne dénie à la majorité de s’organiser pour conserver le pouvoir, c’est leur droit le plus légitime. Mais il doit s’exercer dans le cadre constitutionnel actuel ont fait savoir les opposants.
A la majorité de désigner un dauphin à Kabila dans la perspective de la présidentielle a lâché un autre opposant.
En marge de ce débat constitutionnel, d’autres voix fortes se sont exprimées. Le président du Sénégal, Macky Sall, s’est dit favorable comme le président Barack Obama au respect des constitutions en Afrique.
La Sous-Sécretaire d’Etat, chargé des affaires africaines, Jendayi Frazer a dit que les USA vont se donner les opportunités pour faire respecter les Constitutions. En langage diplomatique cela veut dire ne modifier pas la Constitution sinon vous aurez à faire à nous. Russ Feingold, l’envoyé spécial de Barack Obama dans les Grands lacs, y est aussi allé de sa pression. Ce qui a fait bondir Lambert Mende qui a demandé des excuses qu’il ne recevra jamais. Car la légitimité dont il se prévaut n’est reconnue que par lui-même et sa famille politique. Il faut dire que la Majorité présidentielle, aux abois dans sa quête de se maintenir coûte que coûte au pouvoir, multiplie les bourdes.
Et la dernière en date est l’arrestation éhontée du bras de Vital Kamerhe, Bertand Ewanga (SG UNC) pour ses propos au meeting sur la non révision de la constitution tenue le lundi 4 à la place Sainte-Thérèse dans la Comme de Ndjili.
La nouvelle a fait rapidement le tour de Washington car vite relayée à l’Administration américaine par NED et NDI notamment. Loin de décourager les opposants, cette arrestation les a surmotivé à combattre la dictature de Kabila. Ils se sont réunis dans un chic hôtel de Washington pour affiner leurs stratégies sur l’unité de l’opposition ainsi l’approche commune face aux élections futures.
La première journée avait été consacrée à la question des révisions constitutionnelles, la deuxième était essentiellement économique avec l’annonce par Barack Obama de la disponibilisation d’une enveloppe de 33 milliards USD pour le développement de l’Afrique. Hier la grande session dirigée par Barack Obama en personne, à laquelle ont pris part tous les chefs d’Etats, s’est penchée sur les thématiques de la paix et la sécurité, de la démocratie et des droits de l’homme ainsi que des investissements.
Auparavant John Kerry avait reçu les différents présidents à son cabinet ? il a été ferme sur la révision constitutionnelle car pour Washington, prospérité rime avec stabilité et stabilité rime avec respect de la constitution. La Rédaction de CONGONEWS vous donne rendez-vous la semaine prochaine pour une édition spéciale Sommet USA-Afrique.
Mike Mukebayi, envoyé spécial depuis Washington

source:www.7sur7.cd

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s